dimanche 23 mars 2014

Les « règles de Moscou » de la CIA

L’ « équipe » éditoriale derrière la Jérusalem des Terres Froides aime bien s’informer dans les livres qui traitent de l’espionnage et des agences de renseignements. Il y a parfois des perles d’infos qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. C’est que malgré leur prétention au secret, les employés de ces organisations sont des êtres humains et une fois à l’occasion ils éprouvent le besoin de se vanter de leurs « exploits ». 

La JTF dispose dans son fond documentaire du petit guide publié par Marabout (2009 [2003]) sur les tours possibles à faire au travail, Le guide de l’espionnage au bureau. Il a été co-écrit par ces auteurs qui sont présentés ainsi en quatrième de couverture :

H. Keith Melton est l’une des plus éminents experts mondiaux de la technologie de l’espionnage. Il est l’auteur d’Ultimate Spy (L’espion suprême) et fait partie du conseil d’administration de l’International Spy Museum, à Washington, DC. 

Craig Piligian est un producteur de télévision, lauréat d’un Emmy Award, riche d’une connaissance approfondie des techniques de l’espionnage.

Duane Swierczynski est écrivain et vit à Philadelphie. 

Mais surtout, si cet ouvrage est mentionné ici aujourd’hui, c’est que l’on y retrouve une annexe fort intéressante qui tient en deux pages. Il s’agit d’une liste de règles particulières établies par la CIA appelées « les règles de Moscou » (p.161-162). La ville de Moscou est réputée pour être l’endroit le plus difficile à opérer sur la planète pour les agences étrangères et les États-uniens s’y sont fixés des directives supérieures à l’habituel dans le reste du monde. Et au-delà des strictes considérations des récits d’espionnage, cette liste offre de nombreuses pistes de réflexions et sujets de méditation (« la synthèse du bon sens »), au point où l’ « équipe » éditoriale si-présente ne pouvait manquer de la faire suivre à ses lecteurs.
 

---Les règles de Moscou---


Pendant la guerre froide, Moscou était pour la CIA le lieu où les opérations secrètes étaient les plus difficiles à mener. Les innombrables spécialistes soviétiques de la surveillance tenaient constamment à l’œil les officiers de la CIA. Pour rencontrer une « source », ils devaient d’abord semer leurs filateurs, sous peine de compromettre la sécurité de leurs contacts. 

Alors que le jeu du chat et de la souris de la surveillance se poursuivait, la CIA édicta une série de règles surnommées « règles de Moscou ». Ces maximes constituaient la synthèse du bon sens des officiers de renseignements de la station de Moscou à l’intérieur de l’ambassade américaine. Voici une sélection de ces règles (réunies par Tony Mendez, officier technique de la CIA) pouvant s’appliquer aux sociétés de toutes tailles.

- Ne supposez rien.

- N'allez jamais contre votre instinct

- La technologie vous laissera toujours tomber.

- Tout le monde est potentiellement sous le contrôle de l'adversaire.

- Gardez une allure naturelle.

- Mettez en place un profil et un comportement caractéristique et dynamique.

- Restez régulier au fil du temps.

- Apprenez à connaître intimement l'adversaire et son terrain.

- Créez l'occasion mais usez-en avec parcimonie.

- Ne harcelez pas l'adversaire.

- Choisissez le temps et le lieu de l'action.

- N'importe quelle opération peut être interrompue. Si cela paraît mal parti, c'est mal parti.

- Ne fermez pas le champ de vos choix.

- Utilisez les fausses pistes, l'illusion et la supercherie.

- Cachez les petits mouvements opérationnels dans de grands mouvements non offensifs.

- Planez comme un papillon, piquez comme une abeille.

- Une fois, c'est un accident ; deux fois, c'est une coïncidence ; trois fois, c'est une action de l'ennemi.

- Il n'y a pas de limite à la capacité de l'être humain à rationaliser la vérité. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire