jeudi 19 mars 2015

À une semaine de la sortie de son livre, Agnès Soral évoque son frère Alain

Deux dépêches à peu près identiques repérées ce matin à la rubrique « Alain Soral » de la page-actualités Google personnalisée pour la Jérusalem des Terres Froides :


---Agnès Soral évoque son frère Alain : « J'ai parfois eu la désagréable impression de m'appeler Agnès Hitler »---



Par Coralie Vincent
Paru sur le site du magazine Closer
Le 19 mars 2015


C'est à travers son autobiographie Frangin (Michel Lafon), à paraître à la fin du mois de mars, qu'Agnès Soral évoque ses rapports tendus avec son frère Alain.

Alain Soral et Agnès Soral n'ont pour seul point commun aujourd'hui que leur nom de famille. Loin de partager les idées de son frère, essayiste d'extrême-droite, la comédienne ne l'a pas revu depuis huit ans maintenant. Et c'est dans une autobiographie intitulée Frangin (Michel Lafon), à paraître à la fin du mois de mars, que l'actrice revient sur ses rapports tendus avec son frère. A travers ces pages, Agnès Soral tente de comprendre la dérive de ce-dernier, comme on peut le constater à travers les extraits de cet ouvrage publiés par nos confrères de 20 minutes. "J'ai beau fouiller dans ma mémoire, je ne trouve aucune trace, dans notre passé commun, de ton antisémitisme", explique-t-elle.

Pour Agnès Soral, c'est en 2001, après l'échec du film Confession d'un dragueur, réalisé par son frère, que celui-ci entame son virage vers l'extrême-droite. La comédienne se souvient que ce film était "selon lui, culte mais rejeté par les pédés et les feujs qui tiennent le cinéma". Au fil des années, Alain Soral a peu à peu coupé les ponts avec ses proches, afin de se rapprocher notamment de Dieudonné. "Je t'écrirais bien une lettre mais ton adresse a dû changer depuis la dernière fois que l'on s'est vus en 2006, le lendemain de ton agression à l'acide à la suite de tes déclarations révisionnistes, par, disais-tu, le Betar, cette jeunesse juive armée", poursuit-elle.

Alors qu'Alain Soral comparaissait la semaine dernière devant le tribunal correctionnel de Paris suite à la publication d'une photo où on pouvait le voir faire "une quenelle" au mémorial de l'Holocauste à Berlin, Agnès Soral accuse son frère de "revisiter l'Histoire". Alain Soral aujourd'hui sous le feu des critiques, la comédienne avoue qu'il n'a pas toujours été facile d'être . "J'ai parfois eu la désagréable impression de m'appeler Agnès Hitler lorsque Alain, par ses propos sur le web, implantait l'antisémitisme en banlieue", explique-t-elle.




Coralie Vincent



---J'ai parfois eu l'impression de m'appeler Agnès Hitler---



Par Catherine Delvaux (la même journapute connasse qu'ici)
Paru sur le site belge du 7 sur 7
Le 19 mars 2015

Agnès Soral règle ses comptes avec son grand frère dans le livre "Frangin".

Ils ont à peine deux ans d'écart mais aujourd'hui, tout les sépare. Agnès Soral n'a plus vu son frère Alain depuis huit ans, nous apprend le site de 20 minutes. L'essayiste d'extrême-droite, ami de Dieudonné, a coupé les ponts avec toute sa famille. Dans son autobiographie, intitulée "Frangin", Agnès tente de comprendre ce qui est arrivé à son grand frère. "J'ai beau fouiller dans ma mémoire, je ne trouve aucune trace, dans notre passé commun, de ton antisémitisme."

L'antisémitisme pour choquer
Selon l'actice, révélée dans Tchao Pantin à 17 ans, c'est l'échec du film "Confessions d'un dragueur" qui a été déterminant, en 2001. Le réalisateur estime son film "culte mais rejeté par les pédés et les feujs qui tiennent le cinéma". Alain Soral se met alors à "revisiter l'Histoire" et à désigner des boucs émissaires. "Il fut contre les homos mais ça n'a pas suffi, il a été de tous les bords politiques à contre-courant. Il ne reste que le FN et l'antisémitisme pour choquer et faire un coup d'éclat", écrit Agnès.

Pleurs de rage, de chagrin
"J'ai parfois eu la désagréable impression de m'appeler Agnès Hitler lorsque Alain, par ses propos sur le web, implantait l'antisémitisme en banlieue", confie encore la comédienne de 54 ans, qui se souvient d'une couverture de magazine, avec Dieudonné et Eric Zemmour. "En dessous du trio, les mots: 'antisémitisme, racisme' et en rouge sang: 'voyage dans une France xénophobe'. Tu n'en es pas arrivé là?! J'ai envie de m'allonger par terre, de pleurer, vomir, ou hurler; je ne sais plus. Déjà je cours me réfugier à la maison où, sur ma porte à peine refermée, j'alterne les pleurs de rage, de colère, et surtout de chagrin... Ça va trop loin. Ça va s'arrêter où?" 


Catherine Delvaux 

vendredi 13 mars 2015

L'État tanzanien sévit contre les « witch doctors » tueurs d'albinos

Le 14 janvier dernier, la Jérusalem des Terres Froides rapportait la décision du gouvernement de la Tanzanie de sévir contre le meurtre d'albinos pour des fins de pratiques magiques. Le 9 mars dernier, l' « équipe » responsable du site a reçu de la part d'Info-Secte une dépêche annonçant les premières actions sur le terrain pour éradiquer cette infâme superstition. Ce qui suit est la reproduction d'un article de l'organe de propagande atlantiste Reuters qui rapporte l'arrestation de 32 individus en lien avec cette problématique.


---Tanzania arrests 32 witch doctors over albino murders---



Par Fumbuka Ng'wanakilala
Paru sur le site de Reuters
Le 9 mars 2015


Police in Tanzania said on Friday they had arrested 32 witch doctors this week as part of a campaign against ritual killings of albinos.

Activists say attackers have killed at least 75 albinos in the east African country since 2000 to use their limbs and other body parts as charms meant to guarantee success in love, life and business.

President Jakaya Kikwete last week vowed to stamp out the practice he said brought shame onto the east African country, and albino campaigners called on authorities on Friday to execute people convicted of the murders.

"The witch doctors were arrested in possession of different items, including potions and oil from an unknown source," the police chief in the north-western town of Geita, Joseph Konyo, told reporters.

He did not say whether they had been charged, or caught with anything relating to albinos, whose condition means they lack pigment in their skin, eyes and hair.

Seventeen people convicted of the murders are currently on death row, including four sentenced to death on Thursday -- but Tanzania has not carried out an execution for two decades.

"We want all those convicted of killing persons with albinism to be hanged without delay in order to send a strong message that these attacks will no longer be tolerated," the chairman of the Tanzania Albinism Society (TAS), Ernest Kimaya, told Reuters.

"We made this appeal directly to the president during our meeting with him this week and he expressed his commitment to us that the government will expedite the process of carrying out executions of death row inmates convicted of such killings."

Kimaya said the members feared the attacks, recently on the rise, would become even more frequent in the build-up to October elections, as some politicians turned to witch doctors to try to increase their chance of winning.

"It is true that there is a link between elections and a rise in attacks on persons with albinism. It is something that we are aware of," Kimaya said.

Similar beliefs exist in other African societies about albinos. But activists say attacks are particularly prevalent in Tanzania.Home Affairs Minister Mathias Chikawe told Reuters the president had to give a written consent for an execution to be carried out.


Fumbuka Ng'wanakilala
Travail d'édition par George Obulutsa